Rave Rebels : Plus qu'une soirée, un nouveau mouvement à Bruxelles

Mis à jour : 10 oct. 2019

Le Fuse et Kompass s’associent le samedi 12 octobre pour un évènement d’ores et déjà inscrit dans les annales de la scène underground belge : Rave Rebels. Les deux clubs belges unissent leurs forces pour accueillir des artistes de renommée internationale tels que Maceo Plex ou encore Solomun pour une célébration de la culture rave. Alors prêt à taper du pied pendant 14 heures consécutives ?

© Simon Leloup

Déjà en avril dernier, le Fuse avait investi le Palais 12 pour fêter ses 25 ans. Un quart de siècle qui a marqué plusieurs générations de clubbers, dont les plus jeunes n’étaient pas encore nés au moment de la création du club. Ils n’ont donc jamais connu l’âge d’or du mouvement underground et ses raves dans les années 90. Fort de ce premier succès, le Fuse sort une fois de plus de ses murs pour s’approprier ceux du Palais 12, cette fois en collaboration avec Kompass, le club gantois, pour un évènement qui propose un retour au fondamental : la rave. Mais d’abord, c’est quoi une rave ? Le Larousse français la définit comme étant un : « Rassemblement festif dansant et plus ou moins secret des amateurs de house ou de techno, généralement dans un bâtiment désaffecté ou en plein air. » Pour le côté « secret » et « bâtiment désaffecté », on repassera. Néanmoins, ce n’est ni le lieu ni même la programmation musicale qui définissent ce qu’est, ou non, une rave. Si dans les années 90 les raves s’organisaient principalement dans des lieux désaffectés ou en plein air, c’est qu’à l’époque le mouvement underground était encore contre-culturel et il était beaucoup moins toléré qu’il ne l’est aujourd’hui. La plupart du temps, les rassemblements house et techno étaient interdits par les autorités publiques ne laissant donc pas d’autres choix aux organisateurs que de les produire en toute illégalité et dans la plus grande confidentialité, de peur de recevoir une amende ou pire, la confiscation du matériel.

© Simon Leloup

Le secret des raves réside tout particulièrement dans le sentiment d’inclusivité qu’il procurait à chacun de ses participants. Chaque individu, peu importe son âge, son sexe, son orientation sexuelle, sa couleur de peau, ses croyances religieuses ou politiques, était accepté et libre d’être qui il voulait être.



Participer à une rave, c’est braver l’interdit pour affirmer sa liberté et revendiquer son appartenance à un mouvement ou un genre musical pour se construire une identité propre, en marge de la société.

Des décennies plus tard, le mouvement underground en lui-même a considérablement évolué et il est en passe de devenir un mouvement désormais plus généraliste qui touche de plus en plus d’individus. Alors qu’il est actuellement en pleine mutation, pour le meilleur comme pour le pire, c’est ce sentiment de liberté et d’affirmation de soi que garantissent les organisateurs, Nick Ramoudt (Fuse) et Jens Grieten (Kompass) avec leur mouvement Rave Rebels, qu’ils définissent ainsi : « Nous sommes les Raves Rebels : un mouvement de rebelles partageant la même vision indépendamment de leurs différences et dansant tout au long de la nuit à la recherche d’un meilleur monde. » Rave Rebels se veut être un lieu utopique, coupé du monde extérieur et permettant à ces participants d’échapper à la réalité, loin de toutes formes de ségrégation et de stigmatisation pour créer un espace de communion entre tous les raves rebels en quête de liberté absolue.


© Simon Leloup

Pour la création d’un tel espace, Rave Rebels proposera des installations visuelles et lumineuses de haut-volt pour en mette plein les yeux à tous les ravers. Du côté du line-up, l'association des deux deux clubs permet d'offrir une programmation musicale entre artistes mondialement connus et artistes belges à la réputation déjà bien installée :

  • Lola Haro A seulement 21 ans, cette anversoise a déjà tout d’une grande et s’est vite imposée comme étant la nouvelle figure de proue de la scène underground belge avec des sets énergiques qui ne laisse personne sur le banc de touche. Elle passe d’un genre à un autre avec une adresse à faire pâlir les plus grands DJs. Paradise City, Ampere Open-air ou encore plus récemment le C12 aux côtés de Leon Vynehall, ... 2019 est définitivement l’année Lola Haro.



  • Shall Ocin Il nous vient d’Argentine, vit à Barcelone depuis quelques années et il manipule le synthé modulaire depuis déjà plus de 20 ans. Shall Ocin aka Paneoh a un univers musical qui allie la techno, l’électro et l’expérimentale qu’il maitrise à merveille. Son talent lui a notamment valu d’être signé sur le célèbre label Ellum de Maceo Plex et il lui a également permis d’être à la tête de son propre label Clash Lion, qu’il a co-fondé en 2017 avec TERR et Daniel Watts.



  • Maxim Lany Artiste belge, Maxim Lany fait partie de ces DJ et producteurs assez discrets. Et pourtant, il évolue au sein du paysage techno depuis plusieurs années lui permettant ainsi de faire ses armes et d’affiner son style. En cette année 2019, il a été particulièrement prolifique avec la sortie des titres : Renaissance, My story, et People of the night sur le label néerlandais Armada music.


  • Joris Voorn DJ et producteur hollandais, Joris Voorn est connu pour être une figure mondiale de la scène techno hollandaise. Il puise essentiellement ses influences dans la techno de Détroit mais il s’intéresse aussi énormément à l’art contemporain, la photographie et l’architecture pour composer ses paysages musicaux. Il est également le fondateur de deux labels, Green (2005) et Rejected Music (2006).




  • Adana Twins Formé en 2006, le duo allemand a réussi à se faire une place de choix sur la scène internationale en redéfinissant sans cesse leur style musical et en repoussant continuellement les limites de leur ambition musicale leur permettant ainsi de jouer sur les plus grandes scènes mondiales. Leurs productions et Dj sets sont habités par leur envie de transmettre une émotion authentique à travers leur musique.



  • Solomun Ai-je vraiment besoin de te le présenter tant il est difficile de ne pas connaitre ce producteur et DJ, figure incontournable de la house depuis plusieurs années ! Il a joué un rôle essentiel dans le renouvellement de la scène house européenne grâce à des morceaux devenus des hits planétaires tels que The way back, Somebody’s story ou encore son remix du titre Around de Noir & Haze dans lesquels il apporte une touche de modernité et le juste équilibre entre légèreté et profondeur.



  • Maceo Plex Autre grand nom incontournable qui nous vient cette fois des États-Unis, il s’agit du producteur et Dj Maceo Plex également connu sous les alias de Maetrik et Mariel Ito. Il s’est fait remarquer dès 2011 avec son hit Vibe Your Love sorti sur Crosstown Rebels, le label de Damian Lazarus. La même année, il a fondé son propre label, le prestigieux Ellum. Au fil des sorties très remarquées, il a su se faire une place privilégiée dans le genre de la tech-house avec des productions à la fois sensuelles et brûlantes.



  • Pan-pot Le duo allemand de compositeurs, DJ et producteurs ont marqué l’édition 2019 du festival Tomorrowland avec leur set explosif, il était donc tout naturel qu’ils clôturent cette édition de Rave Rebels. Les deux berlinois évoluent musicalement entre la house et la techno et maitrise tout le spectre musical qui se situe entre. Une chose est sûre, durant leur closing-set, même épuisé tu danseras jusqu’à ne plus en sentir tes pieds.




Avec un line-up éclectique fidèle à la richesse de la palette musicale de la house et de la techno, Rave Rebels renoue avec les fondamentaux du mouvement rave et offre un espace de liberté exclusif et inclusif pour tous les ravers. Envie d’y participer et de te joindre au Rave Rebels, ça tombe bien puisque nous faisons gagner 5 places pour ce samedi 12 octobre. Pour participer, il te suffit de t’inscrire ici.


Rave Rebels www.raverebels.com Palais 12 Avenue de Miramar

1020 Bruxelles

BACKSTAGE PASS

EXCLUSIVE EVENTS

VIDEOS REPORTS

ARTICLES 

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram