Balthasar Burkhard et la sensualité exacerbée

Mis à jour : 28 nov 2019

Du 28 novembre 2019 au 2 février 2020, découvrez la sublime exposition Balthasar Burkhard « Photographies 1969-2009 » au Botanique. Cette exposition monographique est une rétrospective célébrant le travail du photographe suisse Balthasar Burkhard dont l’influence a profondément marqué le médium photographique au point d’être encore aujourd’hui un des rares photographes à être considéré comme un artiste plasticien. A travers une riche sélection d’œuvres, nous sommes invités à découvrir les différentes thématiques qui ont fasciné ce photographe au regard unique et révélateur de la sensualité du monde qui nous entoure.

© Balthasar Burkhard, "Self Portrait 02" 1977 Photographie argentique sur papier baryté, 89 x 89 cm - Estate Burkhard

Une technique photographique inégalée, un jeu parfait entre ombre et lumière, une maitrise du noir, du blanc et de toutes leurs nuances ainsi qu’un sens unique de la composition ont fait de Balthasar Burkhard (1944-2010) l’un des meilleurs tireurs de photographie en noir et blanc. Formé à la photographie par le cinéaste et photographe Kurt Blum (1922-2005), Burkhard développa son travail photographique tout au long de sa vie notamment aux côtés du célèbre curateur suisse Harald Szeemann pour qui il capta et documenta la scène artistique bernoise pendant 10 ans. Son travail s’est profondément inspiré de l’effervescence artistique de cette époque et soulève de riches réflexions sur les relations entre œuvres, architecture et public. L’artiste prône un rapport direct entre le spectateur et la photographie et conçoit ses expositions telle une expérience physique pour le regardeur. Pour ce faire, Balthasar Burkhard travaille sur des thématiques traditionnelles telles que les nus, les paysages, les portraits, les animaux et l’urbanisme, qu’il décontextualise par l’usage du gros plan et de la fragmentation.

© Balthasar Burkhard, "Body 033" 1986 Silvergelatin print on baryta paper, 125 x 88 cm Coll. Estate Burkhard

L’architecture même de l’espace d’exposition influe également sur les formats choisis par l’artiste. L’aspect brut des cadres noirs en métal et la monumentalité de certaines de ses œuvres s’imposent dans l’espace d'exposition qu’elles viennent épouser pour devenir des éléments structurels. Ses œuvres proches de la sculpture ne subissent pas l’espace, elles en prennent possession faisant ainsi de leur géniteur, l’une des figures les plus importantes de la photographie grand format, qu’il commença dès les années 80. Parmi les séries les plus emblématiques, Das Knie (Le Genou) illustre à merveille son intérêt pour l’architecture en proposant une série de photographies de genoux d’hommes dont il disproportionna le format pour que les jambes deviennent des éléments architecturaux tels que des colonnes ou des pilastres une fois exposées.

© Balthasar Burkhard, "Bernina 05" 2003 - 34 x 54 cm Silvergelatin print on baryta paper - Coll. Estate Burkhard

Le corps humain et la nature sont deux éléments primordiaux dans son travail. Il regardait les nus de manière très froide et toujours avec une prise de vue objective. Il ne demandait jamais à ses modèles de poser d’une manière précise et le visage du modèle est toujours caché de sorte à ce que son regard ne soit pas capté par celui du spectateur-regardeur annulant ainsi la portée érotique et séductrice du regard. Ce qui l’intéressait particulièrement était la peau, la pilosité et la monumentalité du corps qui se mue en paysage. Les courbes de fessiers deviennent dès lors des paysages lunaires tandis que les paysages quasi-chimériques des cols enneigés des Alpes se transforment en un bassin humain et la neige, en grain de peau immaculé. Dans les photographies de Burkhard, la nature et le féminin s’interpénètrent : le froid des nus s’opposent à la sensualité des paysages. Burkhard photographie une nature dotée d’une sensualité similaire à celle du corps humain comme par exemple dans sa série de photographies des escargots (Helix Asperas) et l’œuvre La Source. Ces photographies évoquent implicitement le sexe féminin alors que l’œuvre sexuellement explicite L’Origine, hommage au peintre français Gustave Courbet (1819-1877), interpelle moins par son aspect plus frontal, plus proche de l’abstraction que de la photographie érotique et/ou pornographique.

Parmi les paysages photographiés par Burkhard, de nombreuses prises de vues aériennes de de villes comme Mexico et Chicago sont exposées au Botanique. Elles nous dévoilent l’agencement tentaculaire de ces métropoles, leur densité et leur impact environnemental offrant ainsi une vue topographique unique et un contrepoint aux paysages de nature.

© Balthasar Burkhard "Mexico" 1998 Silvergelatin print on baryta paper, 137 x 277 cm Coll. Musée des Arts Contemporains au Grand-Hornu, propriété de la Fédération Wallonie-Bruxelles
© Balthasar Burkhard, "Sans titre (torse)" 1988, photographie noir et blanc sur papier baryté, 141 x 114 cm.




© Balthasar Burkhard, "Orchid 02" 1988 Silvergelatin print on baryta paper, 54 x 45.5 cm Coll. Estate Burkhard
"Dans les photographies de Burkhard, la nature et le féminin s’interpénètrent."

En complément des séries photographiques de Burkhard, l’exposition présente une série de photographies à mi-chemin entre le reportage documentaire et la mise en scène des personnalités artistiques les plus marquantes de son époque dont Marcel Broodthaers, Joseph Buys, Christian Boltanski, James Lee Byars, Urs Lüthi,... Burkhard a été le témoin privilégié de la révolution artistique en cours notamment par l’organisation de l’exposition Happening & Fluxus à Cologne en 1970 par Harald Szeemann qui a permis l’apparition des premiers happening. Il a également pu suivre celle de la Documenta 5 de 1972 à Kassel et ainsi assister aux premières installations éphémères en rupture avec l’art traditionnel et qui révolutionnèrent la scène artistique posant ainsi les fondations de l’art conceptuel tel qu’on le connait aujourd’hui. Ces photographies représentent aujourd’hui un pan majeur de l’histoire de l’art contemporain tout comme l’œuvre artistique de Burkhard qui a marqué à jamais l’histoire de la photographie contemporaine. Au sein de l’exposition, certaines œuvres sont exposées pour la première fois en Belgique faisant de cette exposition un évènement majeur incontournable à ne surtout pas manquer.


Le Botanique Rue Royale 236, 1210 Saint-Josse-ten-Noode

BACKSTAGE PASS

EXCLUSIVE EVENTS

VIDEOS REPORTS

ARTICLES 

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram